ACCUEIL KOSTAR  ACCUEIL TÊTE DE SÉRIE


 

Mathurin Bolze
Espace vital
TEXTE / JULIEN COUDREUSE
PHOTO / YANN PEUCAT POUR KOSTAR


Mathurin Bolze, artiste miniature et lunaire, acrobate à la gestuelle poétique, sillonne l’Ille-et-Vilaine avec sa dernière création, Ali, découverte en novembre à Rennes dans le cadre du festival Mettre en Scène.

« J’ai mis mon corps au cœur de ma vie pour les émotions que ça procure. J’aurais pu faire du skate, ou tout autre sport pourvoyeur de sensations, tant qu’il y a du défi, de l’enjeu physique, une confrontation à ses peurs. » Initié au théâtre dès huit ans, et parallèlement à la gym, Mathurin Bolze a trouvé sa voie en découvrant le cirque. « J’étais attiré par des compagnies comme Archaos, Plumes, qui sont aujourd’hui encore sur d’autres écritures que le cirque traditionnel. »  Cette découverte s’accompagne d’une rencontre déterminante. Alors directeur pédagogique du Centre national des arts du cirque, aujourd’hui directeur du Centre régional des arts du cirque créé à Cherbourg en 2000, Jean Vinet est de tous les coups tentés par Mathurin Bolze. « C’est lui qui a aidé Fenêtres, ma première création, à émerger. Lui encore qui a accompagné Tangentes, puis la diffusion d’Ali. » D’autres rencontres jalonnent son parcours, avec les chorégraphes François Verret et Josef Nadj notamment.  En 2001, il crée avec deux amis d’enfance la compagnie Les mains, les pieds, et la tête aussi. Une manière de se frotter à ses fantômes intérieurs. Qui recoupe le seul engagement pour une cause qu’il revendique, la campagne «trop, c’est trop !» pour le respect du numerus clausus en prison. « Quand on sculpte un espace dans une salle de spectacle, on se confronte fatalement à la question de la liberté. Donc de l’enfermement. Aspect qui est selon moi lié à toute création artistique. Où il est question d’espace, de contraintes, d’évasion. Vivre à quatre, dans 9 m2... Je vois ce que représente un carré de trois mètres de côté. Sur un plateau, si je me donne juste cet espace pour bouger, seul, c’est une prison inouïe. » On apprendra par la suite que son père a fondé l’Observatoire International des Prisons.  Prochain défi : Du goudron et des plumes, création en cours qui renvoie à Steinbeck et Des souris et des hommes. Toujours cette histoire d’altérité, et de fidélité puisque le prochain temps de travail se tiendra en avril à Cherbourg. Avant un retour probable dans nos contrées. Mathurin Bolze est actuellement en discussion pour devenir artiste associé du Lieu Unique la saison prochaine. Si son emploi du temps le permet.

 

le 10 mars, Centre Culturel du Coglais, Montours
le 11 mars, Nouvoitou
le 12 mars, Centre Culturel l'Intervalle, Noyal-sur-Vilaine
le 13 mars, Salle des fêtes, Bazouges La Pérouse
http://compagnie-mpta.com