Rechercher

Carte blanche à Ambra Senatore


Photo Répétition Création 2023 © Bastien Capela

Pour sa création 2023, Ambra Senatore, danseuse-chorégraphe et directrice du Centre Chorégraphique National de Nantes, réunit 12 danseurs au plateau. Pas de titre encore mais un journal de création que nous vous partageons.


Texte / Ambra Senatore * Portrait photo / © Viola Berlanda Publié dans le magazine Kostar n°83 - décembre 2022-janvier 2023


« Nous sommes douze au plateau, nous avons des collaborateurs étroits, et souvent des invité.e.s, des personnes qui passent.

On partage des moments très intenses de réflexion, de jeu, de questionnement, de plaisir, de doutes. Le monde rentre dans la salle, filtré par le chemin qu’on parcourt ici et par la direction qu’on cherche. L’atmosphère ici est toujours positive. C’est un privilège car autour de nous, ailleurs, ce n’est pas le bonheur. L’être humain paraît, malheureusement, ne rien apprendre et continuer à utiliser la violence plutôt que le dialogue. C'est étonnant et triste. On perd l’espoir que ça puisse être autrement.

Quand on est en création, tout ce qui se passe nourrit le processus. Je me sens comme une éponge absorbant et mâchant tout ce qui arrive, à l’extérieur et à l’intérieur. Ensemble, avec ce groupe si généreux, nous continuons nos chemins qui se réinventent à chaque instant. n 9h30 dans le studio de répétition, l’une arrive avec sa tasse de thé, l’autre avec son casque de musique…. Chacun.e avec son vécu lointain et présent, avec ses projections futures. On se retrouve pour discuter à deux, à trois, par petits groupes. On s’étire, on s’échauffe : on prépare les corps ; et les esprits sont aussi prêts à faire face à nos questionnements individuels et collectifs.

Pendant les premières semaines de répétition, je réunis les danseuses et danseurs pour un temps commun où on se met à l’écoute de l’espace qui nous entoure, qui nous sépare et qui nous relie à la fois. On cherche à se laisser bouger par l’écoute de cet espace en commun, de la manière la moins volontaire possible.

Dans cette phase de travail, je propose, en effet, de ne pas prévoir à l’avance nos actions. C’est peut-être utopique, mais c'est une direction qui m’intéresse pour créer une grande disponibilité et pour que surgissent malgré nous, des mouvements, des actions, des mots, des états de corps et d’âme, sans être induits par une volonté mentale logique. On est alors comme des grandes paraboles qui captent et transforment ce qui se passe en danse.

On entre dans de longs moments d’improvisation. Ensuite on se pose, on échange sur ce qui s’est passé, sur ce qui nous a traversé et touché. Les expériences vécues et les échanges qui suivent constituent des couches d’éléments partagés qui nous amènent à inventer la suite du chemin. Tout cela en répondant à mon désir initial de travailler sur le rapport entre le groupe et l’individu.

Nous passons aussi du temps à échanger sur divers sujets qui nous intéressent et nous touchent, sans que personne ne veuille donner des leçons – juste se nourrir ensemble. J’ai l’impression de retrouver ce bonheur de l’échange que j’ai connu plus jeune, quand j’avais cette grande richesse de temps avec les autres.

Nous sommes chanceux.

Aujourd’hui j’ai l’impression d’organiser et de donner forme à un grand magma. À vrai dire, ce magma a déjà des éléments de forme qui ont commencé à se caler, mais il faut maintenant travailler à la structure générale de la pièce, qui lui donnera son unité, son sens, ou à mieux le dire, ses sens.

Nous découvrons que nous sommes en train de nous questionner sur le comportement, celui humain mais aussi celui d’autres espèces vivantes, animales et végétales.

Le comportement des vivants est lié à l’environnement et se décline dans le but de garantir la reproduction de l’espèce, la continuité de la vie dans la répétition et la variation.

D’après Borges, Spinoza dit que la connaissance se ferait par un mouvement joyeux et ludique.

Je ne sais pas si j'ai bien compris, ou si j'ai voulu comprendre cela pour me rassurer car, en effet, nous avons parfois l'impression de faire enquête par le mouvement, et cela souvent avec une approche joyeuse et ludique, bien qu'on touche à des questions et des sujets profonds et durs.

Avec ces êtres humains avec qui je partage ce long et riche voyage, on ne reste pas à la surface, même si on est dans le bonheur et parfois l’humour. Je les remercie. n Notre recherche ne prétendra pas trouver des réponses mais je souhaite avec cette création partager des interrogations pour avancer ensemble, entre nous et avec les spectatrices et spectateurs. »

Ambra Senatore - création 2023, Le Théâtre, Saint-Nazaire, 13 janvier 2023 ; Le Grand R, La Roche-sur-Yon, 17 janvier 2023 ; le lieu unique, Nantes, 20 et 21 janvier 2023.



La Danse en partage

La création d’Ambra Senatore est au programme du festival de danse Trajectoires initié par le CCNN avec de nombreux partenaires culturels. Le mot d’ordre est la diversité et le fil rouge, la musique. On nous promet une édition “ébouriffée et joyeuse”. 26 spectacles entre répertoire et création, et 61 rendez-vous dans 17 lieux de culture. 2048, Bach to 3D, M.A.D., Via Injabulo, The Passion of Andrea 2, MU, Pa Villon… L’embarras du choix ! 

Festival Trajectoires, 11 au 22 janvier, Nantes, Rezé, Saint-Herblain, Haute-Goulaine et Saint-Nazaire.