Rechercher
  • signature 1

Carte blanche : “L’humeur des figures”, par Irma Kalt

Mis à jour : 27 août 2019



Texte / David Lecerf * Visuels / Irma Kalt Publié dans le magazine Kostar n°65 - avril-mai 2019


Elle travaille autour de la ligne et du motif et s’applique à construire et déconstruire. Irma Kalt propose pour Kostar de découvrir un aspect de son travail autour des papiers peints, terrain de jeu favori pour d’infinis possibles.

L’humeur des figures : avec un titre pareil, on aura compris qu’Irma Kalt entend souligner l’expression et le mouvement de ses œuvres. Sculpture, dessin, installation… sa pratique artistique est protéiforme. « J’ai réduit le vocabulaire à des formes simples, des lignes et des cercles uniquement. » Pas de quoi s’enfermer pour autant. Son travail consiste à explorer l’infini des possibles.

Cette idée des papiers peints lui est venue lors d’une résidence lointaine, en Corée du Sud.

Cette idée des papiers peints lui est venue lors d’une résidence lointaine, en Corée du Sud. Elle permettait de ne pas avoir de souci de transport des œuvres. « Je les crée toujours par rapport à un espace, j’aime ensuite y accrocher des dessins encadrés qui donnent la mesure du papier. » Ainsi, pour La Chambre (trois pages suivantes), on retrouve sur les anneaux noirs des dessins de grilles de carrelages au pochoir à l’encre pure forte en pigments et posée au doigt : « loin d’un aplat, c’est vivant ».

« La couleur me parle beaucoup : je continue à explorer le noir qui est très important pour moi mais j’aime aussi les mélanger même si c’est difficile. » Pour Harlequin Tanz (deux dernières pages du portfolio), elle a donc traité la couleur en matière transparente : « Tout le papier a été écrit avec des gestes, les cercles correspondent à l’échelle de mes bras, ce qui rapproche ma pratique de la danse. » Elle pensait faire performer l’installation par des danseurs. Mais chacun peut s’emparer de la chemise posée sur la chaise, elle aussi recouverte des mêmes motifs, pour endosser le rôle d’Arlequin.

Née dans une famille d’artistes à Strasbourg, Irma Kalt travaille à Nantes où elle a été diplômée de l’École des beaux-arts en 2012 et a obtenu le Prix des Arts Visuels de la Ville en 2018. Il suffit de regarder la liste des expositions qui suit cet article pour comprendre qu’il va falloir compter avec elle.


Exposition duo avec Eva Taulois FRAC Pays de la Loire, Abbaye, Saint-Florent-le-Vieil, 22 juin au 1er septembre 2019.

Exposition personnelle, espace MIRA, Nantes, septembre 2019.

Exposition collective, Prix des arts visuels de la Ville de Nantes, l’Atelier, Nantes, automne 2019.



Illustration
© Elly Olman

MENU

  • Facebook
  • Instagram