top of page
Rechercher

Coline Pierré, optimiste et engagée



Texte / Julie Haméon * Photo / © Celine Nieszawer/Leextra/l'iconoclaste Publié dans le magazine Kostar n°85 - avril-mai 2023


Un éloge des fins heureuses, un roman ado sur le couple ou encore un premier recueil de poésie, l'année est parsemée de sorties littéraires pour l'autrice nantaise qui revendique le plaisir de (se) lire comme moyen d'agir.


Autrice de romans jeunesse, ado et adulte, poétesse et essayiste, Coline Pierré a plus d'un tour dans son sac. Avec une vingtaine de livres publiés depuis dix ans, la Nantaise n'en est pourtant pas à sa première vie. Fut un temps, elle s'est contrainte à exercer un «" vrai métier", un métier plus accessible, qui semblait mieux connecté à la réalité », confie-t-elle. Elle était rédactrice. Et puis, elle a dû se rendre à l'évidence, il ne s'agissait pas seulement, pour elle, d'écrire mais aussi d'inventer des histoires, des personnages. Coline Pierré a repris ses débuts inachevés, et en a terminé un. Un premier roman jeunesse, Apprendre à ronronner, publié en 2013 à l’École des loisirs, lui ouvre les portes d'un nouveau monde : autrice elle sera.

Depuis, elle se laisse porter par les sujets qui l’interrogent, l'habitent, l'obsèdent parfois. « Ça dessine des fils rouges, avec des thématiques qui reviennent régulièrement : la question du féminisme, de l'amour, les rapports humains-animaux, aussi des questions existentielles liées à l'enfermement, la difficulté à se dire, trouver les mots pour exprimer qui l'on est, s'imposer aux autres », confie-t-elle. Si ses livres portent souvent un message militant, Coline Pierré préfère y poser un regard décalé plutôt qu'un discours didactique, donnant la priorité au plaisir même de lire. Dans ses livres, on trouve des personnages auxquels on peut s'identifier, avec qui l'on partage parfois des circonstances, des questions, des difficultés. « J'aime bien cette idée que les livres puissent être un lieu de réconfort, qui lutte contre la solitude. Même si la situation n'est pas la même, le ressenti peut être proche et donner des billes au lecteur pour agir », explique l'autrice. Elle revendique ainsi l'usage de fins heureuses comme un choix politique et résolument émancipateur.


Dernières sorties : Éloge des fins heureuses (éd. Daronnes), En couple (éd. Talents Hauts), Une grammaire amoureuse (éd. Iconopop)

Comments


bottom of page