Rechercher

Arthur Kostadinoff habille le numéro 65 du magazine papier



Interview / Patrick Thibault * Photo / Tangui Jossic pour Kostar Publié dans le magazine Kostar n°65 - avril-mai 2019


De Kostar à Kostadinoff, il n’y a qu’un pas que votre magazine préféré n’hésite pas à franchir. Rassurez-vous, il ne suffit pas d’avoir un nom qui commence par “Kosta” pour habiller Kostar. L’univers de ce jeune artiste nous a séduit d’emblée pour ses couleurs, son dessin, les personnages de son bestiaire et son cynisme. Après une licence en histoire de l’art à Lille, Arthur Kostadinoff est passé par l’AGR, école de l’image, à Nantes.


« La jungle amazonienne ne l’a jamais vraiment quitté. »

Ensuite ? « J’avais une proposition pour intégrer un studio mais j’avais envie d’un parcours plus artistique. » Alors, avec un collectif d’artistes, il part pour Pachacamac au Pérou. Puis, ça sera l’Amazonie où il travaille sur la question du genre. Avec toujours un livre en cours de réalisation « autour du mythe de la légende et de la croyance ». La jungle amazonienne ne l’a jamais vraiment quitté. Celui qui avoue vivre entouré d’animaux convie tout un bestiaire dans son œuvre. « Mon ambiance artistique, ce sont les animaux et la forêt. » Pour Kostar, l’idée de départ était « un camping en mode catastrophe avec des personnages très lookés ». Il imagine cette une « avec deux filles choquées par l’arrivée d’une météorite que ça incite à l’aventure ». La communauté de la forêt prend le pouvoir. Les grenouilles de la page sommaire seraient tombées du sac à main d’une des filles, insectes et chenilles sont au rendez-vous, tout comme ce garçon qui, dans l’ours, danse avec une peau de bête. Avec des couleurs qui a priori ne vont pas ensemble et qui vibrent un peu : « Ça m’attire ! ».


instagram.com/arthur_kostadinoff



bandeau.jpg

Illustration
© Alexia Moutel

MENU

  • Facebook
  • Instagram