Rechercher

Carte blanche : Constellations, par Joanie Lemercier


Texte / Christophe Cesbron * Portrait / Marine Lecuyer * Photos / Kyle McDonald Publié dans le magazine Kostar n°82 - octobre-novembre 2022


Au-delà du mapping, Joanie Lemercier est sculpteur de lumière. Il travaille l’espace, le son, le temps, l’air, pour plonger le spectateur dans un univers immersif, poétique, atmosphérique, contemplatif,… renversant.


Originaire de Rennes, cofondateur du Collectif AntiVJ en 2008, Joanie Lemercier a créé son propre studio en 2013 à Bruxelles. Artiste “numérique” particulièrement ingénieux, il travaille partout dans le monde, modelant le son et la lumière, les projetant dans l’espace. Son approche est abstraite, radicale, minimaliste. Il multiplie les recherches pour rendre visible et vivante la lumière, dépassant le simple écran du mapping pour investir les trois dimensions. Prenant en compte la spatialité du lieu où il s’installe, il convoque les formes de la matière, du cosmos, les codes mathématiques, les algorithmes, propulsant le spectateur dans des mouvements, des déplacements, des renversements visuels et sonores. Le moment vécu est “magique”, fascinant, dépassant toute forme de narration pour tendre vers le sublime, et proposer une intense expérience esthétique.


Pour le festival Scopitone, il installe, sur l’Erdre, une machine à brume qui propulse dans l’air des milliers de petites gouttelettes de la rivière.

Pour le festival Scopitone, il installe, sur l’Erdre, une machine à brume qui propulse dans l’air des milliers de petites gouttelettes de la rivière. Elles forment un écran flou et mouvant, support à la projection en 3D de formes qui s’articulent, gravitent, s’effondrent au-dessus de la rivière. Fantomatique, immatérielle, passant de l’ordre au chaos suivant les variations lentes d’une création musicale de Paul Jebanasam, l’installation, intitulée Constellations, prend une présence énigmatique, humide, cosmique et lumineuse.

Joanie Lemercier se définit aussi comme un activiste environnemental. Sa prise de conscience face à la destruction du monde par le système de consommation capitaliste l’interroge sur les dérives technologiques actuelles devenues particulièrement irraisonnables. Plus il avance, plus il prône une attitude politique, active, radicale. « Il faut prendre conscience que le monde est en train de s’écrouler et que l’art y participe aussi par sa démesure. » Il « s’engage » , investissant le domaine du combat, de la lutte, de l’action démontrant, s’il en était besoin, qu’un artiste n’est pas en dehors du monde, qu’il a une responsabilité et peut, par son action, mettre en lumière et faire bouger les choses.

Joanie Lemercier, Constellations, Festival Scopitone, Nantes, 14 au 19 septembre.