BANDEAU.jpg

MENU

Illustration
© Alexis
Grasset

Rechercher

Carte blanche : “Dessins”, par Ronan & Erwan Bouroullec




Texte / Patrick thibault * Portrait / © Studio Bouroullec Dessins / © Ronan & Erwan Bouroullec Publié dans le magazine Kostar n°50 - avril-mai 2016


En complément de l’interview, il nous est vite apparu évident de consacrer le portfolio du 50e numéro de Kostar aux frères Bouroullec. Ils nous proposent ici une sélection de dessins libres qui révèlent un aspect plus intime de leur travail.

La production des designers est telle qu’elle aurait pu générer une multitude de portfolios. Les objets emblématiques, les systèmes et modules type clouds ou algues, les réalisations pour Rennes… Pour Erwan, le souci du choix, c’était « des problèmes de riches ! » Naturellement, on s’est tourné vers les dessins. Une profusion de dessins qui frappe le visiteur du studio parisien. Ils sont tous méthodiquement classés et archivés par l’équipe.

La pratique du dessin libre est récurrente et quasi obsessionnelle chez les frères. C’est une discipline en soi, en relation avec leur travail mais autonome. « Le dessin est probablement la chose la plus importante », nous dit Ronan. Pour Erwan, « dessiner, c’est se perdre pour se retrouver ». En effet, si tous les travaux sont en relation les uns avec les autres, dessiner est ici un sas de liberté qui permet de prendre du recul pour s’échapper, se concentrer et peut-être mieux revenir aux concepts à développer.


“Dessiner, c’est se perdre pour se retrouver.”

Ronan dessine au feutre surtout. Erwan au marqueur noir et beaucoup à l’ordinateur. En début d’année, Ronan s’est mis au dessin sur l’ipad. Ils publient tous les deux sur Instagram. Lorsque Ronan rentre de ses vacances en Bretagne à la fin de l’été, il revient à Paris avec une valise de dessins. En 2013, 900 dessins ont été réunis dans l’ouvrage Drawing, publié à l’occasion de l’exposition au musée des Arts Décoratifs. On y perçoit le dessin comme une nécessité vitale pour les frères. Cette activité directe, constante et compulsive contraste avec la frustration qui peut apparaître dans le travail de designer où il faut un long processus avant d’aboutir au résultat final et où seules quelques idées parviennent à émerger.


www.bouroullec.com/rennes



  • Facebook
  • Instagram