Rechercher

Carte blanche : “Dream”, par Romain Berger


Call Boy

Texte / Patrick Thibault * Portrait et Photos / Romain Berger

Publié dans le magazine Kostar n°68 - décembre 2019-janvier 2020


Le photographe Romain Berger rêve d’un monde plus ouvert et plus tolérant. Il n’hésite donc pas à le fantasmer à travers des images colorées, décalées et décomplexées qui ne laissent pas indifférent.

Son travail s’inscrit dans des filiations revendiquées et assumées. Pierre et Gilles, David LaChapelle, James Bidgood. Presque des dieux pour le photographe rennais Romain Berger. « J’aime leur côté pop, leur soif de couleur, leur sens de la mise en scène et leur liberté d’expression. » Alors, comme eux, il s’applique à mettre en scène des images qui détournent avec malice les clichés de la culture populaire.

La religion, la sexualité, la surconsommation, les violences faites aux femmes… Des thèmes plus graves sont aussi convoqués. Avec un penchant affirmé pour les questions liées au genre. Minutieusement, il construit ses œuvres avec un sens du scénario et de la mise en scène qui vient d’une formation cinématographique.


“Je veux juste pouvoir exprimer ce que je souhaite, sans pudeur, au nom de la tolérance et la liberté.”

La couleur, omniprésente, s’impose naturellement. Elle participe de cette dimension cinématographique des photos de Romain Berger. « Je sais que le monde ne ressemble pas à cette flamboyance que je compose mais ma vie est colorée. » Ses images génèrent des histoires. « Moi, j’en ai une pour chaque image mais je souhaite que chacun se crée sa propre histoire. » À ce petit jeu, le photographe n’est pas déçu. Ses images ne laissent personne indifférent. Elles interpellent, provoquent, dérangent parfois même s’il ne cherche pas à choquer. « Je veux juste pouvoir exprimer ce que je souhaite, sans pudeur, au nom de la tolérance et la liberté. »


www.romainberger-photography.com



Le Marin

Epilogue

Little Miss Vodka

Made in China

Illustration
© Elly Olman

MENU

  • Facebook
  • Instagram