BANDEAU.jpg

MENU

Illustration
© Alexis
Grasset

Rechercher

Carte blanche : “En l’état, 13 juillet 1999-Aujourd’hui. ” par Franck Gérard


Paris, 2002

Texte / Patrick Thibault * Portrait / Gwenola Jan * Photos © Franck Gérard, Le Voyage à Nantes, Ville de Nantes et institut français, Mélanie Rio Fluency Publié dans le magazine Kostar n°67 - octobre-novembre 2019


À l’occasion de la présentation de son travail sur les remparts du Château des Ducs de Bretagne dans le cadre de la QPN de Nantes, le photographe Franck Gérard dévoile pour Kostar une petite partie de sa longue série En l’état.

Franck Gérard est arrivé à la photographie par accident. Après avoir fait une chute de trois étages, celui qui dit que la mort lui a sauvé la vie s’achète un appareil photo, comme si c’était une urgence vitale. D’un appareil, il ne se séparera plus jamais. Son terrain de jeu, l’espace public. Jamais de mise en scène et pas de travail sur Photoshop. Jour après jour, il capte des instantanés de vie. Il voit dans la rue ce que d’autres ne voient pas, comme si la vie était un théâtre permanent.

Raymond Depardon  – qui lui a permis d’exposer à Arles avant tant d’expositions dans le monde entier – dit de lui : « Un œil vif, plein d’humour, de malice et d’espièglerie, un vrai regard… Quel plaisir ! » Très vite, les images de Franck Gérard disent beaucoup de leur auteur. Si le photographe est partout, on perçoit son ouverture au monde et son humanité. Son regard est toujours bienveillant et son humour, pluriel.


“Pour moi, l’humour c’est vaste, il englobe la poésie, la tristesse, le burlesque, le grotesque, l’humour noir…”

Les images choisies pour Kostar en lien avec le thème de la QPN portent donc sur l’humour. «Pour moi, l’humour c’est vaste, il englobe la poésie, la tristesse, le burlesque, le grotesque, l’humour noir… J’ai compilé des images qui me semblent humoristiques même si elles ne seront pas humoristiques pour tous. Chacun voit en fonction de son humour. »

Si Franck Gérard travaille dans d’autres directions, En l’état reste le fil rouge de son œuvre. Ce travail commencé le 13 juillet 1999 à l’âge de 27 ans, il le mènera jusqu’au bout. Par passion et obsession. « C’est comme un anxiolytique, quand je prends une photo je me sens mieux. » Actuellement, l’artiste prépare un livre réunissant plus de 700 photos et 130 pages de textes autobiographiques, des auteurs invités. Le témoin du travail d’une vie.


franckgerard.eu

Franck Gérard, QPN 2019, Château des Ducs de Bretagne, Nantes, jusqu’au 3 novembre.


Nantes, 2010

Hambourg 2018

Los Angeles 2014

Los Angeles 2014

Deux-Sèvres, 2018

Paris, 2012

Bruxelles, 2010

Nantes, 2010

Los Angeles, 2014

  • Facebook
  • Instagram