Rechercher

Carte blanche : Le Festin, par Caroline Mesquita


Texte / Patrick Thibault * Photos / CAC Passerelle / Aurélien Mole / Thibault Henriet Portrait / Elina Belou Publié dans le magazine Kostar n°73 - décembre 2020-janvier 2021


Née à Brest, Caroline Mesquita a quitté la région à 18 ans pour ses études. Elle y revient avec une proposition alléchante pour le centre d’art Passerelle. L’occasion était trop belle de confier une carte blanche à la sculptrice.


L’année est difficile mais Caroline Mesquita reconnaît que les choses vont plutôt bien pour elle. Après avoir été présente dans l’exposition Futur, ancien, fugitif au Palais de Tokyo, elle est aussi actuellement exposée à Sao Paulo et sa carrière se joue à l’international. Pour elle, ce retour à Brest avait une saveur particulière : « Je me figurais la famille, les amis d’enfance, il fallait que ça soit un moment de convivialité joyeux. » Exposer à Passerelle constituait un défi. « Pour cet espace impressionnant qui fonctionne tout seul, j’ai voulu une installation monumentale qui connecte la salle du haut à celle du bas. » Le visiteur découvre alors cet énorme restaurant conçu avec des ardoises en carton, clin d’œil à l’architecture traditionnelle bretonne. Le restaurant “fermé pour les vacances” est en réalité inaccessible.


“Je tiens à une évidence plastique mais ça ne me suffit pas.”

Les mets du festin sont à l’étage. L’occasion de découvrir une autre facette du travail de Caroline Mesquita : des sculptures en métal avec poissons, crevettes, fromages… Commence alors un jeu d’échelles : vue d’en haut, la bâtisse paraît réduite alors que les mets sont gargantuesques. À l’opposé du côté industriel des cheminées du restaurant, les aliments sont d’une beauté éclatante. « Je tiens à une évidence plastique mais ça ne me suffit pas », note l’artiste. Au visiteur de fantasmer parmi les références affichées à l’univers du conte ou à celui de la science-fiction. Une proposition spectaculaire et résolument ouverte. Demandez à l’artiste ce dont elle rêve pour demain : « J’aimerais continuer à explorer, garder la même liberté dans mes propositions, me surprendre moi-même et sortir de ma zone de confort. » Un appétit très sain qui devrait l’emmener loin.


Caroline Mesquita, Centre d’arts Passerelle, Brest, jusqu’au 16 janvier.

carolinemesquita.net