Rechercher

Carte blanche : “Songwriting”, par Vincent Delerm



Photos / Vincent Delerm * Texte / Patrick Thibault Publié dans le magazine Kostar n°53 - décembre 2016-janvier 2017


À l’occasion de la parution de trois ouvrages qui témoignent de sa passion pour la photographie argentique, Vincent Delerm nous fait le cadeau d’un portfolio autour de sa vie en tournée.

De Vincent Delerm, on connaît la chanson. Et c’est bonheur puisqu’après la sortie récente de À présent, un de ses albums les plus aboutis, le chanteur a repris la route. C'est une tournée particulière puisqu’elle l’amène à trois reprises dans les villes qu’il affectionne. C’est le cas à Nantes et à Rennes.

Les chansons de Vincent Delerm sont comme des photos. Des instantanés « qui capturent quelque chose qui était là, sous nos yeux, et qu’on ne voyait pas ». On n’est donc pas étonné qu’il pratique la photo parallèlement à la chanson. Ce qui l’a amené à sortir trois recueils de photographies aux éditions Actes Sud.


“Il n’est pas facile de décrire l’état dans le lequel tu étais dans les villes et là je voulais rendre compte de ça.” 

L’été sans fin est un travail sur la restitution de l’impression ressentie qui plonge le lecteur en été “dans ses lumières, ses odeurs, ses matières”. C’est un lieu qui existe encore réunit des photos d’aujourd’hui à Paris sur les traces de son grand-père disparu dans l’ombre de la seconde guerre mondiale.

Puis, il y a Songwriting qui raconte quelque chose de sa vie de chanteur. « Je pourrais raconter comment j’écris des textes mais souvent j’ai l’impression de trahir ce que j’ai vécu. Il n’est pas facile de décrire l’état dans le lequel tu étais dans les villes et là je voulais rendre compte de ça. » Vincent Delerm a donc procédé par addition : « J’aime bien faire des inventaires, des alignements qui peuvent paraître presque froids et neutres mais qui ne le sont pas du tout ».

La série pour Kostar extraite du livre est constituée uniquement de clichés en noir et blanc et se focalise sur le décor des tournées. Demandez à Vincent Delerm si la chanson et la photo, c’est le même travail puisque c’est la même sensibilité et il vous répond : « En chanson, je peux être assez bon en théorie mais en photo, j’ai plus de mal. Dans les deux cas, l’objectif est que ce soit touchant ».

Writing, meeting, recording, travelling, walking, sleeping, singing : il se souvient.


Album À présent, tôt Ou tard

Livres L’été sans fin, C’est un lieu qui existe encore, Songwriting, éditions Actes Sud



bandeau.jpg

Illustration
© Alexia Moutel

MENU

  • Facebook
  • Instagram