Search
  • signature 1

Civel, monsieur meuble



Texte / Arnaud Bénureau * Photo / Tangui Jossic pour Kostar Publié dans le magazine Kostar n°40 - avril-mai 2014


Depuis plus de 40 ans, à Lorient et à Nantes, Civel est un acteur majeur du mobilier contemporain. Stéphane Civel, qui a pris la succession de son père à la tête de l’entreprise familiale, accompagne les particuliers et les professionnels dans les projets d’aménagement intérieur.

Stéphane Civel, pas encore 44 ans, a rencontré son futur métier le jour de sa naissance. « Le 31 août 1970, je m’engouffre dans cette aventure. Je fais mes premiers pas sous une planche à dessin. J’ai toujours vécu dans cette recherche du beau, de la nouveauté et de l’architecture intérieure. Je ne savais pas de quelle façon j’allais en faire mon métier, mais c’était une évidence ».

C’est en 1996, « après 10 ans de bureaux d’études à gratter, à faire des plans et à monter des projets », que ce fils unique règle définitivement son pas sur le pas de son père qui, à l’aube des années 70, a cru au « mobilier contemporain haut de gamme. À l’époque, ils étaient une petite dizaine de personnes à croire en la création italienne. C’était les Trente Glorieuses et il y avait une envie de modernité. Et ce type de mobilier entrait dans cette catégorie-là : nouveau dessin, nouveaux matériaux ».


“Je vous parle de minimalisme, je vais faire peur aux gens. Je préfère l’épure.”

Aujourd’hui, ce collectionneur d’art n’est pas uniquement un gestionnaire. « C’est impossible de n’être que cela, car c’est un métier très technique. Chaque lieu, chaque individu est différent ». À l’image des réalisations Civel (un chalet à Courchevel, un appartement dans le cœur de Paris, des maisons en Bretagne et à l’île de Ré…), il n’existe pas de client type : « des jeunes, des moins jeunes qui ont beaucoup de moyens et d’autres moins. Ils ont tous en commun d’aimer le contemporain ». Et le style Civel : « Indéniablement, il en existe un. Mais je vous parle de minimalisme, je vais faire peur aux gens. Je préfère l’épure ». Cette philosophie s’imprime dans les deux shorwrooms XXL de la maison. « Même si nous avons besoin d’espace pour montrer nos produits, Civel n’est pas un gros commerce. On reste des artisans ». En ce sens, le chef d’entreprise ne compte pas ses heures. Inutile donc pour Stéphane Civel de meubler son temps libre. Il n’en a presque pas. « Je m’occupe de tout sauf de moi », conclut-il.


www.civel.fr



5 dates


1929

L’Exposition Internationale de Barcelone et le chef-d’œuvre du Pavillon d’Allemagne imaginé par Ludwig Mies Van der Rohe.


Les années 60

La formidable effervescence des années pop : Warhol, Roy Lichtenstein, César, Gaetano Pesce. Des artistes exceptionnels qui continuent de faire rêver Stéphane Civel.


1968

Création du premier magasin Civel.


25 janvier 2014

Décès de Piero Ambrogio Busnelli, fondateur de B&B Italia, visionnaire et pionnier du design italien.


Demain

« Pour la beauté de ce qui n’est encore aujourd’hui qu’une idée… »


Illustration
© Elly Olman

MENU

  • Facebook
  • Instagram