Rechercher

Dans les dents habille le numéro 78 du magazine papier



Texte / Patrick Thibault * Photo / Adèle Ferret Publié dans le magazine Kostar n°78 - décembre 2021-janvier 2022



Après des études d’arts appliqués puis un BTS de communication visuelle dans le graphisme à Montaigu, Guillaume Denaud intègre l’entreprise de prêt-à-porter CWF aux Herbiers où il travaille pour la ligne Marc Jacobs enfant. « C’est là que j’ai pu m’exprimer en graphisme et illustration. J’y ai forgé mon univers. Ça a amené des personnages et la couleur dans mon travail. »

« J’aime dessiner des instruments, des platines vinyles, de vieilles machines avec des câbles et des boutons partout. »

En parallèle, il commence à dessiner des affiches et des cartes postales qu’il vend sur des marchés de créateurs. Il s’installe à Rennes et travaille trois ans pour la marque Bonobo avant de décider de vivre de son activité d’illustrateur à temps plein, il y a deux ans et demi, toujours sous le pseudonyme de Dans les dents. « J’aime ce rappel à l’enfance, même si mes dessins ne s’adressent pas qu’à eux. »

Il confesse avoir été influencé par l’univers de Miyazaki. Il se dit sensible à l’art naïf. Après avoir grandi avec les jeux vidéo et les dessins animés des années 90, il se nourrit de pop culture. La musique l’inspire beaucoup : « J’aime dessiner des instruments, des platines vinyles, de vieilles machines avec des câbles et des boutons partout. »

Il s’est mis au synthétiseur il y a 4-5 mois. «J’étais à fond là-dedans quand on m’a proposé Kostar. J’ai eu envie d’un personnage devant cet appareil. Celui qui fait du synthé ne joue pas de la musique mais crée un univers végétal avec une machine imaginaire et cette végétation sort de l’écran.» Guillaume Denaud a quitté Nantes pour Batz-sur-Mer après le confinement. Pour Kostar, il dévoile un aspect moins saturé en couleurs : « Je me suis lassé de ces couleurs vives, je sature moins. »

danslesdents.com + Instagram

Affiches disponibles chez Les P’tits papiers, Nantes.