Rechercher

Antoine Dorotte, au club Dorotte



Texte / Antonin Druart * Photo / courtesey galerie ACDC Publié dans le magazine Kostar n°30 - avril-mai 2012


Quand il s’agit de gravure, Dorotte le magicien ose tout, y compris le film d’animation sur plaques de zinc ! Il aggrave aujourd’hui son cas en investissant la galerie 40mcube à Rennes avec son exposition Analnathrach.


Au diable éthique et tact. À quoi bon le progrès si l’homme lambda ne peut s’abreuver de l’esprit des artistes directement à la source. Décortiquer le cerveau reptilien d’Antoine Dorotte ouvrirait bien des voies aux pékins pressés. Voies assombries, aux parois écailleuses comme ses œuvres. L’eau-forte de l’enfer cinglerait la surface telles d’aléatoires traces de boue sur le zinc, son matériau de prédilection, qu’Antoine ne dorlote pas pour autant. L’acidité règnerait, au propre comme au figuré, gravant une mythologie alter-moderniste riche en références, corrosive tout en évitant de se pendre au sérieux.

Car toujours le dark adoré cèderait la place à une légèreté soutenue, comme l’épopée pop d’une pin-up voluptueuse en combi style Emma Peel, perdue parmi les embruns de la vague cyclique d’un film sans fin. L’humour s’incrusterait en saint-sauveur sur la route, à grand coup d’ironie et de calembours, polaires. Partant ? On part quand ?

www.40mcube.org