BANDEAU.jpg

MENU

Illustration
© Alexis
Grasset

Rechercher

Compagnie Chute libre, le sacre du hip hop


Texte / Vincent Braud * Photo / Stéphane Tasse Publié dans le magazine Kostar n°53 - décembre 2016-janvier 2017


Depuis qu’ils se sont trouvés, Pierre Bolo et Annabelle Loiseau partagent le même plateau. Une aventure commune, commencée en 2005, avec la compagnie Chute libre. Et les voilà qui s’attaquent à un grand classique, Le Sacre du printemps. Stravinski à la mode hip hop. Rien de moins.

In bloom (en fleurs) renvoie bien sûr au printemps. D’autres – de Pina Bausch à Angelin Preljocaj – se sont frottés à cette œuvre. Pour les jeunes chorégraphes, c’est un peu un défi. Et en même temps, une interrogation sur ce qu’un classique nous dit aujourd’hui. Dans une autre écriture, une autre esthétique.

Pierre Bolo, complice de David Bobée au théâtre, aime plonger aux sources de la danse hip hop pour mieux en bousculer les codes. L’objectif : « travailler sur l’écriture pour pouvoir signer… » Si le hip hop fait aujourd’hui partie intégrante de la danse et du spectacle vivant, si le mot diversité est aujourd’hui revendiqué et (parfois) galvaudé, le combat n’est jamais gagné.


Le hip hop, c’est encore une danse en chantier. D’où l’importance des ateliers et autres master classes organisés par les jeunes chorégraphes.

Ils sont huit, sur le plateau, à se lancer dans cette aventure. « Certains avaient écouté la partition de Stravinski, d’autres non… » Tous partageaient le même appétit de (se) surprendre. « Il fallait trouver le ton juste, comment être nous-mêmes, là dedans. Il est arrivé un truc assez incroyable : quatre danseurs ont proposé un pas de Nijinski. Ils l’ont fait d’instinct sans jamais avoir vu une vidéo du danseur. »

Ce Sacre du printemps, c’est deux ans de travail. Le hip hop, c’est encore une danse en chantier. D’où l’importance des ateliers et autres master classes organisés par les jeunes chorégraphes. In bloom, créé début novembre à Rouen, c’est comme un printemps pour la danse dans l’Ouest. Une chose est sûre : la pièce va beaucoup tourner dans les mois qui viennent. Et ça, c’est une bonne nouvelle.


In bloom, compagnie Chute libre

  • Facebook
  • Instagram