Rechercher

Ghost in Saturn ? : Fantôme et femme



Texte / Lucie France * Photo / Jeff Rabillon Publié dans le magazine Kostar n°31 - été 2012



Créé en 2010, le duo angevin Ghost in Saturn ? réalise une ascension fulgurante. Après un premier album, Across the Night, au casting haut de gamme et une tournée en Angleterre, Guillaume Asseline et Malika Nid El Mourid travaillent déjà sur le prochain.


Ghost in Saturn ? joue avant tout la carte de l’émotion, ouverte et sans barrière. « Les Anglais qualifient notre musique de black pop. Je dirai que c’est de la pop sensitive », explique Guillaume qui travaille avec Malika depuis 15 ans.

Ils ont voulu monter un projet juste tous les deux, « pour pouvoir faire un truc hors format ».

Ces grands fans de Gainsbourg écoutent aussi bien Radiohead que Billie Holiday, de la dream pop que de l’électro. Malgré tout, Ghost in Saturn ? ne pense pas uniquement en musique. « Quand on travaille sur un projet, on a autant d’images en tête que de musique ». poursuit l’ancien Moon Pilot, toujours à la recherche de films chargés en émotions, en cadrages, en couleurs. Ensemble, ils construisent leurs morceaux comme on réalise un court métrage. « On veut que tout le monde puisse s’approprier notre musique et se créer sa propre histoire. » Même le nom du groupe ressemble à un titre de film.


“Quand on travaille sur un projet, on a autant d’images en tête que de musique.”

La philosophie fait mouche. « Un label anglais (White label Music, NDLR) nous tombe dessus » et le premier album est lancé. Sur Across the Night, très instinctif et sans fioritures, - qui sera remixé par le producteur de Depeche mode et de Wire -, on croise Teyssot-Gay, Mellano et Pellegrini. Pour le deuxième dont la réalisation est annoncée pour la fin de l’année, ils veulent quelque chose de plus travaillé sur l’écriture, de plus approfondi, de plus de cohérent. Pour, définitivement, toucher les étoiles, ou la planète Saturne.

www.facebook.com/ghostinsaturn