Search
  • signature 1

Guillaume Doucet : “La Bretagne a beaucoup à jouer sur la jeune création anglaise en France.”


Interview / Patrick Thibault * Photo / Ludovic Failler Publié dans le magazine Kostar n°55 - avril-mai 2017

Après sa mise en scène du Dom Juan de Molière, Guillaume Doucet retourne au théâtre anglais. On se souvient de la réussite de Mirror Teeth qu’il essaie maintenant de monter en anglais à Londres et on espère le même succès pour Love and information de Caryl Churchill.

Après Dom Juan, le retour au théâtre anglais contemporain, est-ce que c’est revenir à une forme de sécurité ?

C’est mon domaine de prédilection et artistiquement plus mon terrain mais Love and information est une pièce ambitieuse plus difficile à monter que Dom Juan. Pas vraiment le choix de la sécurité avec 50 scènes et 150 personnages.


“C’est une pièce sur l’amour et l’information avec une scène dans l’espace, dans un fast-food, une église.”

Pourquoi cette pièce-là ?

Tous les dix ans, Caryl Churchill sort une pièce qui fait date. Elle invente une nouvelle forme. 50 scènes toutes indépendantes, 50 scénos, 50 espaces, 150 personnages qui ne reviennent jamais, la situation qui n’est pas donnée au metteur en scène et qui doit donc la trouver. Tout ça m’excitait énormément. C’est une pièce sur l’amour et l’information avec une scène dans l’espace, dans un fast-food, une église, avec quelqu’un qui trompe quelqu’un d’autre, les armes de destruction massive.


Comment fait-on pour que tout ça entre sur une petite scène comme l’Aire Libre ?

C’est la problématique de départ. On a une boîte avec deux murs de lumières mobiles, comme un trapèze, avec une plus grande, face au public et en plus petit, le fond. En rétroprojection, sur les deux grands murs latéraux de lumière apparaissent des accessoires, des gens et des costumes. C’est une pièce très plastique, colorée, dessinée.


Est-ce bien raisonnable de continuer à monter du théâtre anglais à l’heure du Brexit ?

Plus que jamais. Il y a des pièces espagnoles à Perpignan et allemandes à Strasbourg. Une mer ça change tout alors que la Bretagne a beaucoup à jouer sur la jeune création anglaise en France. Les auteurs répondent à des questions ultra actuelles. Caryl Churchill, l’auteur de Love and information, a 78 ans et traite un sujet de société pour dans cinq ans. La pièce que je monterai ensuite est sur un ado transgenre pour public ado et jeune public. Les auteurs anglais ont ça !


Love and information

Illustration
© Elly Olman

MENU

  • Facebook
  • Instagram