Rechercher

Le printemps des festivals



Dossier réalisé par Barbara Le Guillou et Patrick Thibault

Publié dans le magazine Kostar n°75 - mai-juin 2021


Bien sûr, le programme est moins riche. Les formes plus classiques puisque la proposition de la ministre d’autoriser les festivals debout à condition de respecter un périmètre de 4 m2 par personne fait au mieux sourire. Mais nous avons voulu esquisser un dossier Printemps des festivals car “Le Printemps est inexorable”. Parce qu’il faut saluer et encourager ceux qui osent et parce que le programme va s’enrichir dans les semaines à venir.



Festival d'Anjou new-look

Stallone © Huma Rosentalski

Après l’annulation de l’édition 2020, voilà donc la première édition du Festival d’Anjou programmée par Jean-Robert Charrier. Le directeur du Théâtre de La Porte Saint-Martin souhaite impulser une nouvelle orientation, réconciliant théâtres public et privé. Il a dû renoncer aux trois spectacles programmés en intérieur et mis en scène par Joël Pommerat qui affirmaient la nouvelle ligne : Ça ira (1), Fin de Louis et Contes et légendes (qui devaient se jouer au Quai), Le Petit chaperon rouge. Puis La Mouche au Théâtre Saint-Louis. n Au Château du Plessis-Macé, on retrouve une brochette de vedettes : Zabou Breitman pour des nouvelles de Dorothy Parker en ouverture (7 juin). Gaspard Proust (11/06), Fabrice Luchini (Des écrivains parlent d’argent, 12/06), Jane Birkin (Oh ! pardon tu dormais… le 14/06), Agnès Jaoui (Dans mon salon, 27/06), Helena Noguerra dans La reine de la piste (22/06). Des comédiens de la Comédie-Française : Clément Hervieu-Léger (Une des dernières soirées de carnaval, 8 et 9/06), Anne Kessler (Des fleurs pour Algernon, 16/06). George Dandin vs Michel Fau en clôture (1er et 2 juillet). Édouard Baer aux Arènes de Doué (18 et 19/06)… Richard Bohringer dans les caves Bouvet Ladubay (22/06). n Des propositions à Angers, Cloître Toussaint : After the end (Antonin Chalon, 14/06), Marilyn ma grand-mère et moi (Valérie Lesort, 15/06), Le bois dont je suis fait (Clotilde Daniault, 16/06), Stallone (Clotilde Hesme et Fabien Gorgeart, 18/06). Sans oublier le temps fort Catherine Hiegel pour Les règles du savoir-vivre dans la société moderne (17/06) et une master-class spectacle avec les étudiants du Conservatoire (le 19/06). Malgré une jauge réduite, le festival entend participer à la dynamique de reprise avec des propositions accessibles à tous.

Festival d’Anjou, 8 juin au 12 juillet, Angers, Doué-en-Anjou, Le Plessis-Macé, Saumur.



D'Allemagne !

© Marlena Waldthausen

Initié par l’association Tisseurs d’images, le Festival photographique Influences est consacré à l’Allemagne avec une forte présence féminine (11 femmes et 4 hommes !). Plus d’une dizaine d’expositions, la plupart en extérieur pour refléter et interroger l’Allemagne contemporaine. Le travail de Ute et Werner Mahler, fondateurs de l’agence photographique Ostkreuz, illustre bien la richesse de la photographie allemande. Leur série Kleinstadt traduit la diversité de sa population. Que ce soit le travail d’Arne Piepke, Charlotte Schmitz, Stephanie Steinkopf, Christina Stohn, Anna Szkoda, Marlena Waldthausen, Nanna Heitmann… ou Sophie Kirchner, il s’agit à chaque fois d’une plongée dans un travail très personnel qui explore avec le regard de l’artiste des pans entiers de la culture allemande. L’objectif du festival, qui consiste à explorer le vivre-ensemble dans l’Allemagne d’aujourd’hui, semble bel et bien atteint. Le visiteur sera surpris par ces visages pluriels d’une Allemagne qui sort des clichés.

Festival photographique Influences allemandes, Beaucouzé, 12 mai au 6 juin.



Réveiller la musique


Liya Petrova © Marco Borggreve

Reportée deux fois, La Folle Journée aura bien lieu. Elle est consacrée à Bach et Mozart, deux compositeurs qui promettent de belles émotions. Évidemment La Folle Journée 2021 ne ressemble pas tout à fait aux autres. Moins de concerts et pas d’affluence dans les couloirs de la Cité. Des concerts en salle 2000 à jauge réduite, dans la salle du CIO mais aussi en extérieur, et ça c’est nouveau car la saison le permet. À l’affiche des fidèles (pas de Folle journée sans Anne Queffélec !) mais aussi Renaud Capuçon, le Trio Wanderer, le Quatuor Modigliani… Et de vrais partis-pris de programmation avec la présence de la jeune génération : Sélim Mazari, Nathanaël Gouin, Adam Laloum, Tanguy de Williencourt et Bertrand Chamayou au piano, Lucie Horsh à la flûte, Liya Petrova au violon, Victor-Julien Laferrière au violoncelle, Raphaël Sévère (très présent) à la clarinette. Pour ses retrouvailles avec le concert, La Folle Journée fait le pari qu’une fois assis, on se retrouve comme avant dans notre rapport à la musique.

La Folle Journée, Nantes, 28, 29 et 30 mai. La Folle Journée en pays de la loire, 27 mai au 6 juin.



Vague créative

Voilà un événement qui, sur le papier, donne envie et on peut dire qu’il manquait à Nantes. Un week-end pour mettre en valeur le secteur des arts visuels dans toute sa diversité. Plus d’une soixantaine de structures réunies. Les institutions (Musée d’Arts, FRAC, École des beaux-arts mais aussi Maison des Arts à Saint-Herblain et Moulin Gautron à Vertou), des galeries et structures emblématiques (Askip, Espace MIRA, Confluence, Gaïa, Melanie Rio Fluency, RDV, Quartus, QPN, Rayon Vert, Triphasé…) Mais aussi des ateliers et lieux de production (APO33, Bonus, MilleFeuilles, MIRE, PROJÉTA…), Maison Fumetti, Entre-Deux, MPVite. Des lieux moins connus ou moins visités comme LA LUNA, LOLAB, TWO POINTS, des expos éphémères dans des lieux inattendus. L’enjeu, c’est partager la richesse et la vitalité de la scène artistique et d’ouvrir l’art contemporain à un large public.

Wave, Week-end arts visuels, Nantes et agglomération, 28, 29 et 30 mai. Programme sur weekendartsvisuels.fr



D’Afrique

La saison Africa2020 a souffert de la crise sanitaire. Et elle se poursuit en 2021 avec les mêmes difficultés. Néanmoins, l’Afrique s’installe à Nantes à travers trois événements pluridisciplinaires et complémentaires : Atlantide, Les Récréatrales et l’exposition UFA, accompagnée du programme Afrotopia, au lieu unique.


Que ta volonté soit kin © Géry Barbot

Accueillir l'Afrique

Si “Comprendre le monde d’un point de vue africain” est le défi lancé par Africa 2020, Le Grand T le relève, avec la complicité du TU. Invitation faite au Récréatrales de Ouagadougou, le plus ambitieux festival de théâtre d’Afrique de l’Ouest qui, au-delà de la programmation et des résidences, favorise les échanges avec les habitants. Les Récréatrales-Nantes avaient été annulées en décembre mais le festival renaît à l’approche de l’été. La programmation accueille “une Afrique consciente et résiliente. Une Afrique optimiste qui pense et se pense, rêve et se rêve”. n On est impatient de découvrir Que ta volonté soit Kin, la pièce du Congolais Sinzo Aanza mise en scène par Aristide Tarnagda (directeur du festival de Ouagadougou) avec une troupe panafricaine (22 et 23 juin). M’appelle Mohamed Ali en appelle au champion pour penser l’Afrique d’aujourd’hui, texte de Dieudonné Niangouna, interprète Étienne Minoungou (22 juin). Mailles (25 au 27 juin) est ce spectacle foisonnant de Dorothée Munyaneza (Rwanda) qui mêle théâtre, danse et musique pour évoquer le destin de sept femmes reliées par leur sororité. Victor de Oliveira présente son Incendios, transposition d’Incendies de Wajdi Mouawad dans son Mozambique natal en proie à la guerre civile entre 1977 et 1992 (29 et 30 juin). n Au-delà des nombreux spectacles, Les Récréatrales cultivent l’art de la palabre avec des soirées partagées. On essaie d’y retrouver le sens de la fête avec une soirée club animée par DJ TRKZ (mozambicain). Samedi 26 juin, Une journée dans la rue 9.32 nous plonge à Ouagadougou sur la place du Grand T. Théâtre, danse, musique, mais aussi poésie, gastronomie, philosophie, et même coiffure pour un festival en immersion.

Les Récréatrales-Nantes 22 juin au 2 juillet, Le Grand T, TU Nantes, CCNN…



Portée de mots

Djaïli Amadou Amal © DR

Si Étonnants Voyageurs a choisi de se tenir en ligne depuis Saint-Malo, le festival des littératures de Nantes a lieu en “présentiel”. Toujours sous la direction artistique d’Alain Mabanckou, il accorde cette année une large place aux auteurs africains. Avec – et on ne s’en plaindra pas – une forte place accordée aux femmes. Des voix féministes et engagées : Fatima Daas, Française issue d’une famille algérienne, remarquée pour La Petite Dernière ; la Camerounaise féministe Djaïli Amadou Amal (Les Impatientes, Prix Goncourt des lycéens 2020) ; Hemley Boum, elle aussi Camerounaise francophone (Les Jours viennent et passent) ; Oyinkan Braithwaite (Niger), auteure de policiers et collectionneuse de prix ; Eva Doumbia, Française d’origine malienne et ivoirienne ; Asya Djoulaït, auteure du roman Noire précieuse ; la militante pour les droits de l’homme Unity Dow (Botswana) ; Charline Effah (Gabon) ; Géraldine Faladé (Bénin) ; Maboula Soumahoro, d’origine ivoirienne (Le Triangle de l’Hexagone : Réflexions sur une identité noire). Le phénomène Faïza Guène (Kiffe kiffe demain, La Discrétion) ; Nadia Khiari dessinatrice plus connue sous le nom de Willis from Tunis ; Sindiwe Magona (Afrique du Sud) ; Jennifer Nansubuga Makumbi (Ouganda) ; l’actrice et humoriste Roukiata Ouedraogo (Burkina Faso) ; Noo Saro-Wiwa (Nigeria). n Du côté des hommes, le Français né à Alger, journaliste au Figaro Littéraire, Mohammed Aïssaoui (Les Funambules) ; le Nigérian anglophone Adrian Igoni Barrett ; Florent Couao-Zotti (Bénin) ; l’Haitien Louis-Philippe Dalembert (Mur Méditerrannée) ; le poète-slameur et acteur sénégalais Souleymane Diamanka ; Yaya Diomande dont la voix porte sur le web ; le Congolais Fiston Mwanza Mujila (La Danse du Vilain) ; le poète-romancier et essayiste tchadien Nimrod qui reçoit le prix Apollinaire pour Petit Éloge de la lumière nature ; le Togolais Sami Tchak (Les Fables du moineau).

Atlantide, Les mots du monde à Nantes, le lieu unique et en ville, 17 au 20 juin.



QG d'Africa2020

UFA_le lieu unique / Rita Rainho / Angelo Lopes © David Gallard. Camarad(as), 2019, Rita Rainho & Ângelo Lopes, Oficina De Utopias

UFA, comme Université des Futurs Africains, est une exposition ambitieuse qui invite des artistes-chercheurs du continent qui s’interrogent à la fois sur le futur et le passé. Une approche véritablement originale qui surprend le visiteur. Elle est organisée dans le cadre d’Afrotopia, Quartier général d’Africa2020 au lieu unique. Ce sera aussi l’occasion, en lien avec Les Récréatrales, de retrouver le penseur Felwine Sarr le 2 juillet. En grand entretien mené par Catherine Blondeau, en concert avec le Daaray Samadhi. Étienne Minoungou interprète son texte Traces, Discours aux nations africaines (24 et 25 juin).

Afrotopia et exposition UFA, le lieu unique, Nantes, jusqu’au 29 août.