top of page
Rechercher

Le printemps des festivals


Etienne Daho © Pari Dukovic

Sélection / Julie Baron, Patrick Thibault Publié dans le magazine Kostar n°90 - avril-juin 2024


Cette année, on fait différemment. Puisqu’on a évoqué la programmation des festivals de musiques actuelles pour toute l’année dans le précédent numéro, on s’attarde sur les autres. Une grande escale en Anjou avec Angers Pianopolis et le Festival d’Anjou. Pause à Rennes avec Mythos et Les Embellies. Et, bien-sûr, un stop à Laval pour Les 3 Éléphants et Saint-Brieuc pour Art Rock. Bons festivals et bon printemps !



Parole, paroles

Black Label Joeystarr © Jeremy Bouchet

Quand Mythos pointe son nez, c’est le printemps qui arrive et, avec lui, toute la saison des festivals. Comme d’habitude, le festival des arts de la parole aligne une liste impressionnante de noms qui se produisent sous le Magic Mirror du Thabor. Avec Les Toqués de Mythos, c’est le début de la saison en extérieur si le temps le permet évidemment ! Alors, cette année, Eddy de Pretto, Bertrand Belin, Michel Jonasz, Dionysos, Caravan Palace, Clara Ysé, Naive New Beaters, Juliette, Pierre de Maere, Chinese Man… Et côté théâtre ou formes hybrides, un maximum de coups de cœurs. Tom na fazenda et Dispak Dispac’h au TNB. Bataille Générale et Kermesse à La Paillette. L’Éclipse du Collectif Bajour au Vieux Saint-Étienne. Serena de Clément Pascaud à La Parcheminerie. Black Label, une proposition décoiffante de David Bobée avec JoeyStarr à l’Opéra !  

Mythos, Rennes, 5 au 14 avril.



Daho superstar

Étienne, Étienne, Étienne ! Non ce n’est pas le titre de Guesch Patti que va scander le public d’Art Rock mais le prénom du seul Étienne qui vaille ici-bas : Étienne Daho. Et, si c’est la première fois qu’il vient au festival briochin, c’est pour une carte blanche toute la soirée du dimanche. Avec donc Calypso Valois, Lou Doillon, Moodoïd, Flavien Berger, Frànçois & The Atlas mountains, Global Network, Les Nus. La fête assurément ! S’il faut aligner des noms, Art Rock sait faire : The Libertines, Morcheeba, Luidji, Eddy de Pretto, Zaho de Sagazan… Excusez du peu ! Une belle place aux chanteuses du moment avec Irène Drésel, Clara Ysé, Hoshi, Joanna, Olivia Ruiz. Le pendant masculin avec Yamê, les rappeurs Favé ou Kerchak, et Zed Yun Pavarotti. À la pointe de l’électro, Romane Santarelli, Sam Quealy, Boombass x Étienne de Crécy x DJ Falcon (les 3 ensemble mais oui !), Julien Granel. Des pépites comme Fat Dog, Deki Alen ou Tukan. Si Art Rock est un festival de cœur, c’est parce que, depuis toujours, il est pluridisciplinaire. Danse à La Passerelle avec Black Lights de Mathilde Monnier qui rend compte des violences faites aux femmes. Arts plastiques au Musée avec un focus intitulé Art antique et mythologie grecque dans l’art contemporain (8 artistes). Et, là aussi, depuis toujours ou presque, la meilleure restauration de festival avec Rock’n Toques.  

Art Rock, Saint-Brieuc, 17 au 19 mai.



Des claviers qui rassemblent

Suzanne Belaubre © Mathilde Bourdet

Deuxième édition pour Angers Pianopolis. Le festival affiche un peu plus encore sa volonté d’ouverture à tous les claviers, toutes les musiques et tous les publics. Ainsi, l’édition ouvre au Héron Carré avec Suzanne Belaubre qui associe chanson française et sonorités électro. Le pianiste Thomas Enhco et la joueuse de marimba Vassilena Serafimova mêlent Bach au jazz, à la pop et au classique dans un concert qui ose l’impro. On retrouve aussi Paul Lay, pianiste jazz virtuose, qui triture Rhapsody in blue de Gershwin. Il y a le Trio SR9 et la voix de Kyrie Kristmanson pour un concert en apesanteur qui rend hommage aux compositrices féminines à travers les siècles (le concert à ne pas rater !). Angers concrétise à nouveau cette ambition de présenter la musique dans ses lieux du patrimoine. Et côté classique : Saskia Giorgini, Jean-Paul Gasparian, Lucas Debargue, Alexandre Kantorow.  

Angers Pianopolis, Angers, 8 au 12 mai.



Adieu à Mermonte

© AloÏs Lecerf

La classe du festival Les Embellies, ça commence avec l’affiche qui, cette année encore, est signée Yoann Buffeteau. Un visuel comics pour cette édition, imaginée par l’illustrateur rennais, habilleur du n°90 de la collection Kostar ! Des affinités avec Kostar, le festival en a d’autres puisqu’on retrouve Voyou que l’on suit depuis ses débuts. Le même soir, Kat White qui chante les lieux par le prisme de la pop-folk britannique. Des pépites, avec Virginie Clénet et son rapport sensible au monde. La Canadienne Jessica Moss, une expérience et un voyage aux multiples influences à elle toute seule ! Enfin, puisque Mermonte a décidé de mettre un terme à ses 10 ans d’histoire, Les Embellies présentent Le Mot de la Fin avec la création Mermonte Orchestra. Mais c’est The Flying Bones, le duo rock/garage qui clôture le festival 2024.  

Les Embellies, Salle de la Cité, Rennes, 16 au 18 mai.


Musique et arts de la rue

Yame © Ojoz

Pourquoi va-t-on aux 3 Éléphants à Laval ? Parce que c’est un festival pluridisciplinaire qui mêle musiques actuelles et arts de la rue. Parce que c’est un festival qui investit toute la ville et embarque tous les publics ! Alors en tête d’affiche, Étienne Daho évidemment ! Du rap beaucoup avec SDM, Malo, Lyloow, Luther, Saturnz et Turtle White. L’électronique de Boys Noize et Isaac Delusion, la techno de Creeds, la pop d’Éloi et Pépite, le rock de Rodolphe Burger, la chanson de Yamê. Côté arts de la rue, c’est l’embarras du choix. Cirque avec La Brise de la Bastille de Galapiat, Les Madeleines de poulpe de Kadavresky ou Connexio du Collectif Curieux. Clowns avec Diego & Jones, jonglage avec la Cie Émergente et Déséquilibre passager, théâtre de rue avec Le Grand Colossal Théâtre qui résume assez bien la démarche du festival.  

Les 3 Éléphants, Laval, 26 mai au 3 juin.



Tout un programme

L'avare © Juliette Pariso

Depuis que Jean Robert-Charrier en est le directeur artistique, Le Festival d’Anjou a mis habilement du théâtre public dans le théâtre privé. Et surtout, il offre un panorama assez surprenant du théâtre. L’édition 2024 présente des classiques : L’Avare mis en scène par Jérôme Deschamps, Fin de partie dans une version très accessible avec Denis Lavant et Frédéric Leidgens, Le jeu de l’amour et du hasard porté par une troupe à l’énergie communicative. Quelques spectacles autour de personnages historiques aussi. Le drôle et surprenant Dîner chez les Français de V. Giscard d’Estaing ; Il a la côte Devos !, un hommage anti stand-up par une sacrée bande de célébrités. Christine Murillo, délirante, dans Pauline & Carton. Nicolas Briançon et François Berléand dans Poiret Serrault – Extraits extras. Quelques comédies à succès mais surtout des coups de cœur inratables comme La tendresse et Désobéir de Julie Béres. Ou encore Interruption, spectacle incontournable et essentiel sur l’IVG. 

Festival d’Anjou, Angers, Le Plessis-Macé, Saumur… 3 au 26 juin.

コメント


bottom of page