Rechercher

Pégase, Saint Raphaël



Texte / Chloé Audéon * Photo / Tangui Jossic pour Kostar Publié dans le magazine Kostar n°31 - été 2012



Alors que les premiers sons du Nantais Pégase se partageaient déjà sur la toile en 2008, il a fallu attendre février dernier pour que le premier EP sorte enfin. Projet solo du chanteur de Minitel Rose, Raphaël est aujourd’hui Pégase !


Pégase est né sur Myspace et a pas mal tourné à l’époque. Pourtant la sortie du premier EP et du grandiloquent The bad side of love est toute récente. Plus qu’un projet commercial, c’est avant tout un projet personnel qui évolue au rythme des inspirations de son fondateur.

Raphaël a toujours été passionné par la musique. Avec les deux tiers de sa famille musiciens pros ou amateurs, ça aide ! Une fois le bac en poche, il décide de s’y mettre à fond. Il décroche un boulot pourri à mi-temps et enchaîne les concerts le week-end. Difficile pourtant d’être la star d’un soir et de revenir à la dure réalité le lundi.

Côté chant, c’est avec Minitel Rose qu’il tombe dedans. Ces trois potes super motivés, mais qui ne savaient pas quoi faire, ont quand même aligné plus de 140 dates dans le monde.


“J’aime ces artistes qui changent de style à chaque album mais que l’on reconnaît malgré tout.”

Son projet solo est un projet de longue naissance qui ne répond pas vraiment à un concept. Certains le disent plus dream wave ou dream pop, mais Pégase est d’abord une personnalité avant d’être un style de musique. Le but n’est surtout pas de s’enfermer dans des cases. Comme il le dit d’ailleurs « j’aime ces artistes qui changent de style à chaque album mais que l’on reconnaît malgré tout ».

Sa musique, très personnelle, est très visuelle aussi. Sans que ce soit trop réfléchi, tout de suite, des images viennent. Son rêve est de faire la musique d’un film… Il participe aujourd’hui à la bande originale d’un court métrage, Après l’enfer de François Pragnère, qu’il compose directement à partir des images.

Mais Pégase c’est aussi des réalisations à droite et à gauche, le mixage d’album ou d’EP d’autres groupes, souvent des copains, et la création du label FVTVR. Dans un peu plus d’un mois, il ira s’isoler pour composer dans une maison au bord de la mer. Un premier album en perspective ? Lui-même ne le sait pas encore, mais l’affaire reste à suivre !