Rechercher

Renaud Combes, caveman



Texte / Arnaud Bénureau * Photo / Ludovic Failler pour Kostar Publié dans le magazine Kostar n°36 - été 2013


La Contre-Étiquette, « petite sœur de la cave parisienne et version 0 d’une franchise » dédiée au vin indé, est dirigée par Renaud Combes, néo-Nantais et ancien graphiste qui a découvert l’œno-culture à San Francisco.


Les deux pieds dans la hype contenue, Renaud Combes, 36 ans, vend et parle du vin comme personne. Pourtant, cet ancien graphiste pour Capgemini Consulting n’est pas tombé dedans tout de suite. « Mon papa était alcoolique et mon grand-père, atteint d’agueusie, ramenait tous les soirs du Sidi Brahim à la maison. »

C’est en 2009, dans un bar à vin à San Francisco, que le voyant passe au vert. « J’ai rencontré un New-Yorkais, persuadé que j’étais incollable sur le vin. J’y connaissais que dalle. » Là-bas, il « connecte avec (s)es racines ». À son retour, celui qui connaît aussi bien Laurent Herlin, un de ses “ chouchous ”, que l’ensemble du catalogue Ninja Tune, plaque tout.


“En tant que caviste, on a le beau rôle. On se la pète avec le boulot des autres.”

Après une formation de six mois, il intègre La Contre-Étiquette, ancien site de vente en ligne et aujourd’hui cave spécialisée dans le vin naturel qui « ne tombe pas dans le cliché ».

Depuis qu’il a ouvert son shop en avril dernier, Renaud Combes s’éclate pleine balle. Ceux qui poussent la porte, aussi ! « En tant que caviste, on a le beau rôle. On se la pète avec le boulot des autres. Un peu comme un galeriste. » En défendant « des vins propres, sans défauts » et « des mecs qui font gaffe à ce qu’ils font », Renaud Combes dépoussière la cave à papa et vous fait découvrir un monde qu’il aime sincèrement. Santé et prospérité !

La Contre Étiquette, 1 rue Saint Denis, Nantes.

www.la-contre-etiquette.com