top of page
Rechercher

Sacha Gattino, détonante symphonie



Texte / Matthieu Stricot * Photo / © Elie Blanchard Publié dans le magazine Kostar n°87 - octobre-novembre 2023


Préparons-nous à un périple visuel et sonore, où 200 instruments, antiquités et objets du quotidien, se rassemblent dans un orchestre expérimental jamais vu : La Combinatoire à Combines. Inspiré par un parcours musical éclectique et des voyages à travers le monde, Sacha Gattino nous invite à une création facétieuse, en collaboration avec le plasticien Elie Blanchard.


«En 2021, j'ai souhaité développer un grand orchestre avec des timbres extrêmement variés», se souvient Sacha Gattino. Des instruments intrigants et des objets domestiques se trouvent ainsi réunis dans une création sonore et visuelle exploratoire. Son nom : La Combinatoire à Combines. Combinatoire, car l'artiste a adapté des modules qu'il peut jouer différemment d'un jour à l'autre, de l'ambient la plus paisible jusqu'au punk le plus tonitruant. « Combines, car je passe mon temps à régler des problèmes pour inventer des choses qui n'existent pas ! », sourit l'artiste, qui s'est installé à Rennes, il y a 11 ans.

Cymbales turques jouées à l'archet, obus en cuivre de la Première Guerre mondiale, timbres d'horloges, frottements de tam-tam… Depuis plus de 20 ans, Sacha Gattino a collectionné des objets et instruments divers, que le designer sonore de métier a progressivement auscultés, enregistrés puis interprétés au clavier, pour des théâtres et des musées.


Pendant 45 minutes, les samples se transforment en cycles mélodiques, dans une psyché intemporelle où les instruments apparaissent au fur et à mesure, à l'oreille comme à l'œil !

Cette fois, il propose une œuvre complète sur scène, inspiré par un riche parcours auditif. Danseur classique à l'enfance, avant d'être passionné par les percussions africaines et la techno, l'artiste n'a cessé de voyager musicalement. L'expérimentation ne s'arrête pas là, car Sacha Gattino déploie ici des modules étranges, tel un tambour électro organique venu du Japon, ou une table de résonance fabriquée par un luthier.

Pendant 45 minutes, les samples se transforment en cycles mélodiques, dans une psyché intemporelle où les instruments apparaissent au fur et à mesure, à l'oreille comme à l'œil ! En effet, pour rendre hommage à sa collection instrumentale, Sacha Gattino s'est associé à l'artiste plasticien Elie Blanchard, qui a créé un univers visuel détonant, dévoilant les objets chantants de son comparse. « Il aime utiliser des luminaires stupéfiants comme des moteurs recyclés. Il n'a pas peur de mettre les mains dans le cambouis. C'est ce qui me plaît chez lui ! », assure Sacha Gattino, qui n'a qu'une hâte : dévoiler cette création insolite à un public curieux. Tout en rassurant ce dernier : « Je ne suis pas un radical. Plutôt un sensuel quelque peu facétieux... »


La Combinatoire à Combines, Sacha Gattino, Festival Maintenant, le 5 octobre, Antipode, Rennes.

Comments


bottom of page